Cлово "DIT"


А Б В Г Д Е Ж З И Й К Л М Н О П Р С Т У Ф Х Ц Ч Ш Щ Э Ю Я
0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Поиск  
Входимость: 9. Размер: 98кб.
Входимость: 5. Размер: 22кб.
Входимость: 3. Размер: 13кб.
Входимость: 2. Размер: 11кб.
Входимость: 2. Размер: 10кб.
Входимость: 2. Размер: 28кб.
Входимость: 2. Размер: 14кб.
Входимость: 1. Размер: 10кб.
Входимость: 1. Размер: 11кб.
Входимость: 1. Размер: 42кб.
Входимость: 1. Размер: 61кб.
Входимость: 1. Размер: 20кб.
Входимость: 1. Размер: 10кб.
Входимость: 1. Размер: 10кб.
Входимость: 1. Размер: 24кб.
Входимость: 1. Размер: 39кб.
Входимость: 1. Размер: 4кб.
Входимость: 1. Размер: 11кб.
Входимость: 1. Размер: 18кб.
Входимость: 1. Размер: 36кб.
Входимость: 1. Размер: 21кб.
Входимость: 1. Размер: 48кб.
Входимость: 1. Размер: 2кб.
Входимость: 1. Размер: 12кб.

Примерный текст на первых найденных страницах

Входимость: 9. Размер: 98кб.
Часть текста: писем: помимо обязательных сведений, они содержали огромное количество всяких описаний, анекдотов и подробностей. Депеши Гогенлоэ — это скорее хроника, иногда принимающая форму дневника, которую дипломат использует осознанно и намеренно. «Мой дневник» («mon journal») — называет посланник депеши, составленные в период событий 14 декабря, когда он ведет записи по часам; так же озаглавлены депеши о праздновании двадцатипятилетия бородинской годовщины. В одной из депеш Гогенлоэ сообщает о состоявшейся в феврале 1840 г. дуэли Лермонтова с сыном французского посла Эрнестом де Барантом. Упоминание это важно. С фактической стороны оно как будто не дает ничего нового, однако оно предстает в окружении иных сообщений Гогенлоэ о жизни придворного и великосветского Петербурга и становится частью некоей общей картины. В этой картине, увиденной глазами умного и проницательного иностранца, долго прожившего в России, проясняются некоторые связи и отношения, ускользавшие от других наблюдателей и важные для биографа Лермонтова. Ее-то мы ...
Входимость: 5. Размер: 22кб.
Часть текста: connu) n’aime pas beaucoup qu’on cherche des consolations loin d’elle. — Et puis si vous perséverez encore dans votre silence, je puis bientôt arriver à Moscou — et alors ma vengeance n’aura plus de bornes; en fait de guerre (vous savez) on ménage la garnison qui a capitulé, mais la ville prise d’assaut est sans pitié abandonnée à la fureur des vainqueurs. Après cette bravade à la hussard, je me jette à vos pieds pour implorer ma grâce en attendant que vous le fassiez à mon égard. Les préliminaires finis, je commence à vous raconter ce qui m’est arrivé pendant ce temps, comme on fait en se revoyant après une longue séparation. Alexis a pu vous dire quelque chose sur ma manière de vivre, mais rien d’intéressant si ce n’est le commencement de mes amourettes avec M-lle Souchkoff, dont la fin est bien plus intéressante et plus drôle. Si j’ai commencé par lui faire la cour, ce n’était pas un reflet du passé — avant c’était une occasion de m’occuper, et puis lorsque nous fûmes de bonne intelligence, ça devint un calcul: — voilà comment. — J’ai vu en entrant dans le monde que chacun avait son piédestal: une fortune, un nom, un titre, une faveur ... j’ai vu que si j’arrivais à occuper de moi une personne, les autres s’occuperont de moi insensiblement, par curiosité avant, par rivalité après. — La demoiselle S. — voulant...
Входимость: 3. Размер: 13кб.
Часть текста: avouer que chaque jour je m’aperçois de plus en plus que je ne serai jamais bon à rien, avec tous mes beaux rêves, et mes mauvais essais dans le chemin de la vie ... car: ou l’occasion me manque ou l’audace !.. on me dit: l’occasion arrivera un jour! l’expérience et le temps vous donneront de l’audace !.. et qui sait, quand tout cela viendra, s’il me restera alors quelque chose de cette âme brûlante et jeune, que dieu m’a donnée fort mal à propos? si ma volonté ne sera pas épuisée à force de patienter? .. si enfin je ne serai pas tout à fait désabusé de tout ce qui nous force d’avancer dans l’existence?.. Je commence ainsi ma lettre par une confession, vraiment sans y penser! — Eh bien, qu’elle me serve d’excuse: vous verrez là du moins que si mon caractère est un peu changé, mon cœur ne l’est pas. La vue seule de votre dernière lettre a déjà été pour moi un reproche — bien mérité certainement; mais que pouvais-je vous écrire? — vous parler de moi? — vraiment je suis tellement blasé sur ma personne, que lorsque je me surprends à admirer ma propre pensée, je cherche à me rappeler: où je l’ai lue !.. et par suite de cela j’en suis...
Входимость: 2. Размер: 11кб.
Часть текста: mon esprit — je vous en ferai part — êtes-vous contente de ceci? — Voilà plusieures semaines déjà que nous sommes séparés, peut-être pour bien longtemps, car je ne vois rien de trop consolant dans l’avenir, et pourtant je suis toujours le même, malgré les malignes suppositions de quelques personnes que je ne nommerai pas. — Enfin, pensez vous que j’ai été aux anges de voir Наталью Алексеевну, parce qu’elle vient de nos contrées; — car Moscou est et sera toujours ma patrie. — J’y suis né, j’y ai beaucoup souffert, et j’y ai été trop heureux! — ces trois choses auraient bien mieux fait de ne pas arriver ... mais que faire! Mademoiselle Annette m’a dit qu’on n’avait pas effacé la célèbre tête sur la muraille! — pauvre ambition! — cela m’a réjoui ... et encore comment! — cette drôle passion de laisser partout des traces de son passage! — une idée d’homme, quelque grande qu’elle soit vaut-elle la peine ...
Входимость: 2. Размер: 10кб.
Часть текста: réunis autour de la table à thé avec les Valoueff, 1 Mme Klüpfell, Lermantoff et Repnin, 2 voilà que le fidèle Амос 3 arrivé en courrier du Camp, fait sa laide apparition avec un ordre à mes frères de se rendre le lendemain au bal de Peterhoff en bas et souliers. < ... > Hier lundi (car c'est déjà mardi que je vous écris) il a fait une journée divine. Mme Smirnoff est revenue de Peterhoff (moins heureuse que l'autre jour, car cette fois elle attendit dans la foule, perdue au milieu de trop d'intérêts divers, mais non moins piquante dans ses nombreuses voiles); elle a vu le cher Joukoffsky, qui se porte à merveille et dont le premier mot a été: «Ну, что Карамзины? Катерина Андреевна все спорит?». Vous vous rappelez que c'était son point de folie. Maman a trouvé ce souvenir peu aimable après dix-huit mois d'absence. 4 Moi, il me plaît parce qu'il peint Joukoffsky et sa logique. < ... > A notre thé nous avons eu les Smirnoff, 5 les Valoueff, le Cte Schouvaloff, Repnin et Lermantoff. Ma soirée a fini désagréablement avec ce dernier; il faut que je vous conte cela pour m'en soulager la conscience. Je lui avais donné, il y a déjà longtemps, mon Album pour...

© 2000- NIV